— Tribune

Des fleuves et rivières sauvages

Roberto Epple

Depuis 350 à 400 millions d’années, ils sculptent inlassablement la surface et les sous-sols de notre Terre. Obéissant aux grandes lois de la nature, ils coulent des massifs vers l’aval, se reposent parfois dans les lacs avant de reprendre leur cours vers les mers pour s’évaporer et renaître. Ils collectent l’eau de la fonte des glaciers, les pluies, le ruissellement dans les montagnes et les collines, creusent gorges et vallées, s’entremêlent et se rassemblent par bassins hydrographiques, créant d’immenses réseaux d’artères qui irriguent la planète et apportent la vie. Transportant sédiments, matières organiques et minéraux, ils érodent les reliefs et, dans un jeu de forces gigantesques, forment deltas, estuaires et plages, avant de nourrir les mers avec le sang de la terre. […]

Pendant des milliers d’années, l’homme a vécu en symbiose avec eux, les vénérant dans la religion, la culture et l’art. Les cours d’eau ont été utilisés pour la navigation, l’irrigation ou la pêche, avant d’être aveuglément surexploités à partir du XIXe siècle et de la révolution industrielle. Jadis sauvages et sacrés, ils sont devenus des esclaves pour produire de l’énergie mécanique puis hydroélectrique, alimenter des usines par leurs eaux détournées, soutenir une agriculture intensive et polluante, et soumettre le tracé de leurs cours et leurs lits aux besoins du transport à grand gabarit. Rien qu’en Europe, un million de seuils, barrages ou autres obstacles empêchent la libre circulation de l’eau, des sédiments et de la vie aquatique. 

Quasiment tous les cours d’eau européens sont contraints, corsetés, canalisés et endigués. Croyant pouvoir dompter ainsi les crues et hautes eaux, et protéger les terres cultivables, les industries et les villes, nous les avons en réalité coupées de leurs plaines alluviales, des zones humides et des nappes, empêchant le bon fonctionnement des écosystèmes et déplaçant le problème des inondations en l’aggravant pour l’aval. S’il est vrai que l’état des rivières reflète l’état des sociétés qui les entourent, nous devons alors nous interroger en profondeur ! 

Dans les pays dits «développés», rares sont les cours d’eau qui n’ont pas été fortement modifiés ou altérés. Aujourd’hui, en Europe, à peine un tiers des masses d’eau de surface sont en bon état écologique, donc à peu près vivantes, et moins de 3 % du linéaire des fleuves et rivières sont proches de leur état naturel. Les choses changent pourtant, avec des politiques publiques lancées depuis une vingtaine d’années, notamment le vote en 2000 de l’une des plus belles lois européennes, la directive-cadre sur l’eau. La tendance est désormais à l’amélioration sur des paramètres importants et beaucoup de cours d’eau sortent d’une situation de danger imminent. Si on les aide, fleuves et rivières sont parmi les écosystèmes ceux qui, grâce à leur dynamique, se régénèrent le plus rapidement, plus vite que les forêts, les eaux souterraines, les mers ou les terres. 

Cela ne sera pas facile, car toucher à la gestion des cours d’eau, c’est intervenir dans les domaines clefs de notre civilisation moderne: l’énergie, l’urbanisation, les transports, l’industrie et l’agriculture. Et le changement climatique ne va rien arranger… 

La valeur inestimable des rivières saines, vivantes, voire sauvages, commence à être comprise, et les sciences nous renseignent sur tous les services écosystémiques « gratuits » qu’elles fournissent à nos sociétés. L’heure du réveil des consciences est arrivée, et des solutions nouvelles, durables, fondées sur la nature, sont expérimentées partout sur la planète, alliant préservation des équilibres naturels et transformations sociétales. Dans sa Constitution, la Nouvelle-Zélande a reconnu à ses fleuves le statut d’entités vivantes jouissant de droits, et la France a commencé, à l’initiative de nombreuses associations, à labelliser ses rivières sauvages. C’est un immense espoir, mais il reste encore fragile face aux ultimes soubresauts de l’ancien système, telles les 3 000 centrales hydroélectriques en projet ou en construction dans les Balkans, cœur encore sauvage et préservé de l’Europe… 

En réalité, c’est de notre avenir qu’il est question, car à l’échelle des temps, celui des fleuves et des rivières n’est pas menacé. La crise actuelle n’est pour eux que temporaire, un épisode malheureux dans leur longue existence. Ils redeviendront sauvages dans un futur proche. Ce n’est pas le cas pour notre espèce, qui est en danger immédiat… ! 

184 pages
Broché
ISBN : 979-10-96554-86-7

19 €

Playlist Fleuves

Partagez !

Au sommaire

Dossier Fleuves : anatomie et pathologies des fleuves, vivre avec le fleuve, fleuves en partage : l’éveil de l’amont, entretien avec Erik Orsenna, extraits littéraires illustrés, espèces en danger, les plus longs fleuves du monde, hydroliennes fluviales, mascarets, conseils de lecture, de films, de musique…

Hors dossier : atlas de la Lune, cartes anciennes, héros d’hier et d’aujourd’hui, entretiens, portfolios, planches naturalistes, trésors photographiques, portrait de Dian Fossey, agenda culturel, correspondance, poème et récit illustrés…

Gilles Boeuf, biologiste

Les 153 grands fleuves du monde sont autant de systèmes vivants dont la santé, aujourd’hui menacée, est capitale pour la préservation des cycles naturels, de la biodiversité et de nos sociétés. Gilles Boeuf, professeur à l’université Paris VI, ancien président du Muséum d’histoire naturelle de Paris et professeur invité au Collège de France, en analyse les richesses et les carences.

Magali Reghezza-Zitt, géographe et maître de conférences à l’ENS

Puissances aussi craintes que révérées par toutes les civilisations, les fleuves sont tombés de leur piédestal depuis que nos sociétés les exploitent, les entravent et les polluent à outrance. La géographe Magali Reghezza-Zitt, co-directrice du Centre de formation sur l’environnement et la société de l’École normale supérieure, appelle à inventer un nouveau rapport à nos grands cours d’eau.

Alexandre Taithe, chargé de recherche à la Fondation pour la recherche stratégique

Avec l’explosion de la démographie, la multiplication des États et la raréfaction de la ressource, les fleuves sont devenus des enjeux géopolitiques majeurs. Alexandre Taithe, chargé de recherche à la Fondation pour la recherche stratégique, expert des politiques de développement, fait le pari que leur instrumentalisation belliqueuse ne l’emportera pas sur les coopérations qu’impose  le partage de leurs eaux.

Autour de la revue